Catégorie : Téléassistance

Téléassistance installation facile : la solution efficace et rapide

Lorsqu’elles recherchent une solution de téléassistance, l’un des critères de choix des personnes âgées et de leurs familles est la facilité d’installation. Les proches notamment souhaitent que les dispositifs de téléalarme soient rapidement opérationnels et que l’installation soit simplifiée à l’extrême. Voici tout ce qu’il faut savoir.

La téléassistance à domicile : comment ça marche ?

Commençons par les fondamentaux : qu’est-ce que la téléassistance ? Il s’agit d’un système permettant à une personne âgée ou en situation de handicap d’être mise en relation avec une tierce personne en cas de besoin (si elle tombe, se blesse, est angoissée, si un accident domestique survient par exemple dans la salle de bain…). Le principe est simple : l’usager doit porter sur lui un objet connecté qui permet de lancer une alarme et de rentrer en contact avec un centre d’assistance 24h/24 et 7j/7. Dès qu’il en ressent le besoin, il n’a qu’à appuyer dessus. Dès lors, un chargé d’assistance est en mesure de prendre contact avec lui grâce à un haut-parleur au préalable installé dans le logement.

Selon l’urgence de la situation, le chargé d’assistance prévient la famille, le voisinage ou les services de secours, tels que le SAMU, les pompiers ou les gendarmes. Disponible 24h/24 et 7j/7, la téléassistance à domicile sécurise les personnes âgées dans les gestes du quotidien. 

Téléassistance installation facile : de quoi parle-t-on ?

Pour pouvoir communiquer à distance avec un professionnel, il est nécessaire d’installer dans le logement un système de micro haut-parleur. Les branchements sont généralement très simples. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’on parle de téléassistance installation facile. Plusieurs possibilités d’installation s’offrent à vous. 

Téléassistance installation facile : demander le passage d’un technicien 

Vous pouvez tout d’abord opter pour l’installation classique de la téléassistance à domicile. Dans ce cas, un prestataire se déplace chez vous sur rendez-vous et procède à l’installation du matériel. En fonction des opérateurs de téléalarme, cette méthode peut être gratuite ou payante. Elle présente certains avantages avec, entre autres, la proximité et le côté humain car l’installateur prend souvent le temps d’expliquer à la personne âgée comment ses équipements fonctionnent.

Néanmoins, ce mode d’installation de la téléassistance présente également des inconvénients. Les délais d’installation peuvent être longs. Il faut respecter les gestes barrières dans le contexte sanitaire actuel et demander aux aidants d’être présents. 

Téléassistance installation facile : procéder soi-même aux branchements

En matière de téléassistance installation facile, il est aussi possible de procéder aux branchements soi-même. Cette option est particulièrement prisée par les aidants qui ne peuvent pas toujours se libérer pour l’heure de rendez-vous fixée par le technicien. Le matériel de téléalarme est alors livré préconfiguré chez la personne âgée et le proche passe lorsqu’il a du temps (le soir après le travail par exemple). 

Certains seniors réussissent parfois même à installer leur téléassistance par leurs propres moyens. Une assistance téléphonique est d’ailleurs généralement à leur disposition pour les accompagner étape par étape. Quelle que soit l’option de téléassistance installation facile choisie, aucun aménagement spécifique n’est à prévoir dans le logement. Le système se branche tout simplement sur la ligne téléphonique (ou sur une Box internet) et/ou sur une prise secteur. 

La Framboise Box comme solution de téléassistance installation facile

La Framboise Box d’Assystel entre dans la seconde catégorie et est très simple à installer. A la suite de la réception du contrat de téléassistance dûment rempli (en format PDF, papier ou grâce à une souscription en ligne), l’équipement de téléalarme est livré aux personnes âgées sous 3 à 4 jours ouvrés par La Poste. Ces dernières peuvent procéder à son installation seuls ou demander à un proche aidant de s’en charger.

L’installation s’effectue en 15 à 20 minutes à distance avec l’aide d’un chargé d’assistance basé en France, et qui prend le temps nécessaire pour expliquer le fonctionnement du matériel dans les moindres détails. L’échange téléphonique est également l’occasion de bénéficier de conseils pour la prise en main et de procéder à des tests de bon fonctionnement. Efficace non ?

Téléassistance installation facile : la solution efficace et rapide

Téléassistance Framboise Box : qu’est-ce que c’est ?

Vous connaissez sans doute déjà la téléassistance, cette solution qui permet aux personnes âgées de contacter leurs proches ou les secours en cas d’accident domestique, mais avez-vous pris le temps de découvrir la Framboise Box d’Assystel ? Le dispositif est similaire mais le parcours de souscription est entièrement digitalisé ! En d’autres termes, les seniors ou leurs familles peuvent commander leur matériel de téléassistance sur Internet en quelques clics. Explications.

Framboise Box : la téléassistance accessible directement en ligne

Il n’est pas toujours simple de savoir vers qui se tourner pour s’équiper ou équiper un proche âgé d’une téléassistance. Assystel a récemment changé la donne grâce à sa Framboise Box. Aujourd’hui, la téléassistance est accessible directement sur Internet, en quelques clics seulement. Nos équipes ont en effet imaginé un module de souscription en ligne basé sur la signature électronique DocuSign. Vous n’avez pas besoin de vous munir de votre Carte Bleue, simplement de votre IBAN et de votre BIC, tous deux présents sur votre relevé d’identité bancaire (RIB). Il suffit de vous rendre sur le site web et de commander votre téléassistance Framboise Box. Le parcours client est structuré, clair et très ergonomique

Une fois chose faite, vous recevez votre équipement à domicile dans un délai de 2 à 3 jours ouvrés avec La Poste et pouvez immédiatement vous en servir. La Framboise Box est livrée avec un transmetteur, un bip personnalisable ainsi qu’une poire d’appel à placer sur la table de chevet. Autre avantage et non des moindres : la Framboise Box est accessible depuis n’importe où en France, que vous habitiez dans le Lot-et-Garonne (47), que vous recherchiez une téléassistance à Reims ou encore une téléalarme à Verdun.

Framboise Box : un dispositif hautement personnalisable

Téléassistance classique ou intelligente : c’est vous qui choisissez !

Avec la Framboise Box, vous pouvez soit souscrire un abonnement de téléassistance classique, soit un abonnement de téléassistance avec bracelet détecteur de chutes. Dans tous les cas, il est possible de personnaliser votre matériel

La Framboise Box accessible dans plusieurs couleurs

Les bracelets et les médaillons sont disponibles dans divers coloris : Noir ébène, Rose ancien, Bleu royal et Gris perle, une façon de séduire aussi bien les hommes que les femmes. Assystel a toujours mis un point d’honneur à proposer aux seniors des équipements design, l’objectif étant de pouvoir les adopter facilement. Assimilées à de véritables « bijoux », ces solutions de téléassistance sertiront aisément votre tenue vestimentaire. 

La possibilité de souscrire des options complémentaires

De plus, vous avez la possibilité de personnaliser votre téléassistance en souscrivant des options complémentaires, comme un dispositif de détection des chute, un boîtier additionnel pour une couverture dans une plus grande maison…

Tous les avantages d’un achat sur Internet, sans les inconvénients !

Opter pour la Framboise Box, c’est profiter de tous les avantages d’un achat en ligne, sans les inconvénients ! En effet, la livraison est 100% gratuite. Vous n’avez rien à payer, à l’exception de votre abonnement. Le tarif est par ailleurs très abordable et parmi les moins chers du marché. Vous n’êtes soumis à aucun engagement de durée et avez donc la possibilité de résilier votre offre à tout moment. A côté de cela, la Framboise Box est livrée entièrement paramétrée. Il suffit juste de la raccorder sur une prise secteur. La mise en service se fait rapidement et automatiquement, car le boîtier de téléalarme recherche le meilleur réseau en fonction de votre lieu d’habitation.

De votre côté, vous n’avez absolument rien à faire, si ce n’est patienter quelques minutes et finaliser la mise en service en déclenchant un appel avec votre médaillon. Si cela vous effraie, il est bien sûr possible de contacter un conseiller Assystel qui vous accompagnera, vous ou votre aidant, durant toute la procédure. Enfin, les avis clients, vérifiés et authentifiés par Aviseniors, sont unanimes et très positifs (4,5/5). Les utilisateurs semblent entièrement satisfaits des prestations de la Framboise Box, des services de livraison et d’installation. Que demander de plus ?

Objets connectés pour personnes âgées : ce qui existe

La technologie est aujourd’hui au service de l’humain, de sa santé et de sa sécurité. Si les jeunes ont grandi dans cette ère du tout numérique, les seniors, eux, sont de plus en plus adeptes des objets intelligents : smartphones, tablettes, ordinateurs… Ces derniers ont des utilisations variées : faciliter la communication aidant-aidé, offrir une assistance quotidienne, permettre un meilleur suivi de la santé, inciter à la pratique d’activités physiques adaptées, renforcer les liens intergénérationnels ou encore anticiper les risques et l’entrée en dépendance par une analyse prédictive. Découvrez notre sélection des meilleurs objets connectés personnes âgées.

Objets connectés pour personnes âgées : ce qui existe

Objets connectés pour personnes âgées : les accessoires « santé »

Le verre connecté fait partie des objets connectés pour personnes âgées les plus en vogue. Il est en mesure de prévenir la déshydratation. D’aspect totalement normal, ce gobelet est doté d’un signal lumineux afin de rappeler aux seniors de s’hydrater durant la journée. Ce verre est un formidable accessoire dans les établissements de santé. Il simplifie le quotidien du personnel soignant en enregistrant les prises hydriques des patients et en enregistrant toutes les informations grâce à un outil de suivi. Les éventuelles anomalies sont ainsi facilement décelées. Il y a également le coussin connecté, idéal pour les personnes alitées ou en fauteuil roulant. Equipé de capteurs, son objectif est de prévenir le risque d’esquarres.

Le pilulier connecté est un accessoire de plus en plus adopté par les seniors. Il est notamment utile aux personnes rencontrant des difficultés à prendre leur traitement médicamenteux. Le dispositif est directement relié à un smartphone auquel il transmet des alertes, via une application, afin de prévenir les oublis de prise de médicaments. Impossible d’évoquer les objets connectés pour personnes âgées sans parler de la canne intelligente, pourvue de capteurs biométriques afin de surveiller l’état de santé de l’utilisateur (température, rythme cardiaque…).

Enfin, il y a bien sûr les montres santé, qui enregistrent des informations importantes (groupe sanguin, médicaments à prendre, coordonnées des personnes à prévenir en cas d’urgence…). Celles-ci sont aussi destinées aux personnes âgées désorientées ou atteintes de la maladie d’Alzheimer. Elles intègrent un système de géolocalisation avec un périmètre préalablement défini, au sein duquel l’utilisateur peut librement circuler. Si ce dernier vient à en sortir, ces « smartwatches » sont en capacité d’alerter le porteur ainsi que ses proches, une véritable innovation !

Objectif sécurité avec les objets connectés pour personnes âgées 

Si permettre un meilleur suivi de la santé est l’un des buts principaux des objets connectés pour personnes âgées, ces derniers sécurisent également leurs usagers. 

Framboise : l’un des objets connectés pour personnes âgées les plus sécuritaires

L’objet intelligent le plus connu est sans doute la téléassistance, notamment le bijou Framboise, imaginé et conçu par Assystel. Le dispositif repose sur l’utilisation d’un médaillon ou d’un bracelet, sur lequel se trouve un bouton. En appuyant dessus, l’utilisateur est directement mis en relation avec une chargée d’assistance, grâce à un haut-parleur et un micro, installés dans le logement. La professionnelle peut alors déclencher l’intervention de la famille, des voisins ou des services de secours si la situation le justifie (chute, blessure, vol, incendie…).

Les lampes intelligentes pour prévenir les chutes la nuit

Les lampes intelligentes, localisées au sol, sont quant à elles très pratiques pour prévenir les chutes, notamment la nuit. En effet, elles sont équipées de détecteurs de mouvements afin d’éclairer progressivement le chemin d’une personne âgée dans la pénombre, jusqu’aux toilettes exemple. Ce sol connecté peut aussi prévenir les proches aidants en cas de besoin ou d’urgence.

Les cannes connectées pour alerter en cas de chute

Les cannes connectées peuvent de leur côté redonner confiance aux personnes âgées. L’objectif est encore une fois de prévenir les chutes et d’alerter rapidement les proches en cas d’incident. Elles fonctionnent grâce à des capteurs de mouvements intégrés, en mesure de détecter les situations inhabituelles, comme une faible activité liée à une maladie ou à la fatigue, des réveils anormalement tardifs, etc.

Les pantoufles connectées pour limiter les accidents domestiques

Pour finir cette liste d’objets connectés pour personnes âgées axée « sécurité », citons les pantoufles intelligentes, qui détectent les chutes et alertent en temps réel les proches. Pour ce faire, ces chaussons connectés disposent de tous les capteurs que l’on pourrait trouver dans une montre ou une ceinture connectée, mais dans leurs semelles. Discrétion assurée ! 

Domotique, robotique… Les nouvelles technologies fleurissent 

En matière d’objets connectés pour personnes âgées, il y a également la domotique. Son rôle est de les aider à mieux interagir avec leur intérieur. A l’aide d’une application, il est par exemple possible d’ouvrir ou de fermer ses volets, son portail, d’augmenter le chauffage… Les stations connectées et assistants vocaux facilitent de leur côté le quotidien, en permettant aux aînés de gérer leur maison aisément, sans se déplacer. 

De nombreux robots ont aussi fait leur apparition ces dernières années, notamment les robots ménagers et les robots compagnons. Ces derniers peuvent assister le personnel soignant et les personnes âgées, par exemple en surveillant leur état de santé, en rappelant la prise de médicaments, en prenant la tension ou en apportant un soutien psychologique aux plus fragiles. Certains d’entre eux sont équipés d’une intelligence artificielle leur permettant de retenir les habitudes de leurs propriétaires et ainsi interagir de manière personnalisée avec eux. Si la robotique est déjà démocratisée au Japon, elle se développe petit à petit en France et devrait prendre de l’ampleur dans les prochaines années.

Personnes âgées et perte d’autonomie : évaluation et solutions

Selon les prévisions de l’Insee, la France devrait compter environ 4 millions de seniors en perte d’autonomie à l’horizon 2050. Incapacité d’effectuer des tâches du quotidien, apparition de pathologies invalidantes, d’une démence soudaine, d’un autre trouble cognitif, chute à domicile, repli sur soi… La notion de perte d’autonomie personnes âgées est large. Il est important de savoir déceler les signaux d’alerte et de mettre en place des solutions adaptées.

La perte d’autonomie des personnes âgées : de quoi parle-t-on ?

Définition de la perte d’autonomie des personnes âgées

On parle de perte d’autonomie personnes âgées lors de l’apparition de certains symptômes caractéristiques. Les aînés changent soudainement de comportements et d’habitudes :

  • Agressivité ou passivité inhabituelle
  • Dénutrition
  • Chute à domicile
  • Manque de motivation pour se lever, s’habiller, se laver, aller faire des courses… 

Isolés, ils font face à des pertes de mémoire, à des sautes d’humeur, parfois même à un état dépressif. Des troubles de l’équilibre, des incohérences, une fatigue continue inexpliquée, des difficultés pour se déplacer, ou encore une incontinence urinaire doivent également vous alerter. 

Personnes âgées et perte d’autonomie : repérage et évaluation

Différents critères permettent aujourd’hui de poser le diagnostic de perte d’autonomie. Il est même possible d’en évaluer la sévérité, à l’aide de la grille AGGIR. Mise en place par des professionnels, celle-ci, grâce à un panel de questions, permet de calculer le GIR (groupe iso-ressources) de la personne âgée ou niveau de dépendance, allant du GIR 1 (niveau de perte d’autonomie le plus fort) au GIR 6 (niveau de perte d’autonomie le plus faible).

La personne âgée est-elle en capacité d’effectuer des mouvements simples toute seule ? Peut-elle aisément communiquer avec l’extérieur ? Parvient-elle à se déplacer à l’extérieur avec facilité ? A manger seule ? Les questions sont multiples. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à vous rapprocher des centres locaux d’information (CLIC) ou des centres communaux d’action sociale et de coordination (CCAS). Ces structures prodiguent tous types de conseils et vous accompagnent même dans vos démarches administratives. 

Aidants : comment réagir face à un proche âgé en perte d’autonomie ?

Il n’est pas toujours facile pour la famille d’aborder le thème de la perte d’autonomie. Les rôles s’inversent et ce sont aux jeunes générations de s’occuper de leurs parents vieillissants. En bref, les enfants, une fois adultes, endossent le rôle de « parents ». Ils doivent prendre soin de leur père ou de leur mère. A côté de cela, les enfants ne veulent pas blesser leurs parents, ni les infantiliser, ce qui ne leur facilite pas la tâche. Sans compter qu’aborder la perte d’autonomie confronte l’enfant à sa propre « peur de vieillir ».

Pour faire face au mieux à la perte d’autonomie des personnes âgées, il faut déjà la comprendre et en prendre conscience, mais aussi accepter de se faire aider. D’ailleurs, il ne faut pas hésiter à introduire un tiers si le sujet est trop « tabou », comme le médecin traitant ou l’aide à domicile. Le but est d’éviter de se retrouver dans des situations d’urgence, faute d’anticipation.

Des solutions pour lutter contre la perte d’autonomie des personnes âgées 

En tant qu’aidant, si vous sentez que votre proche âge sombre peu à peu dans la dépendance, mieux vaut ne pas laisser la perte d’autonomie s’installer. En accord avec lui, tâchez de mettre en place des solutions de prise en charge adaptées. Prenez le temps de l’écouter et de discuter de ses besoins. N’hésitez pas à faire appel à un ergothérapeute, qui saura être force de proposition en matière d’adaptation du logement (transformation d’une baignoire en douche, installation d’un monte-escalier, de prises en hauteur, téléassistance à domiciletélésurveillance, technologies domotiques…). Proposez-lui des activités physiques ou intellectuelles, comme la marche nordique, le yoga ou même des jeux pour stimuler son cerveau et sa mémoire.

Dans le cas où vous ne pouvez pas être suffisamment présent pour la personne âgée en perte d’autonomie, n’hésitez pas à déléguer certaines tâches. Demandez par exemple de l’aide à un prestataire de services à la personne (portage de repas, aide-ménagère, jardinier, dame de compagnie…). Si la fragilité de votre proche est particulièrement prononcée, vous avez aussi la possibilité de demander le passage d’une infirmière à domicile, d’une auxiliaire de vie, d’un kinésithérapeute, voire de solliciter un centre d’accueil de jour/de nuit ou une famille d’accueil.

Informez-vous sur vos droits et sur ceux de votre proche dépendant auprès de la mairie, du CCAS (Centre communal d’action sociale) ou du CLIC (Centre local d’information et de coordination) le plus proche de chez vous.

Comment éviter les chutes à domicile ?

Les chutes à domicile concernent près d’un tiers des personnes âgées de plus de 65 ans, si bien qu’elles représentent un véritable fléau en France. Plus une personne vieillit, plus elle présente des risques de chuter, notamment s’il s’agit d’une femme. Néanmoins, il reste toujours possible de limiter ces accidents domestiques, en adoptant des gestes simples, en préservant son hygiène de vie ou en améliorant l’accessibilité de son logement. On fait le point.

Chutes à domicile : définition, causes et conséquences

Chaque année, les chutes touchent environ 2 millions de personnes âgées de 65 ans et plus. Qu’il s’agisse d’une chute mécanique, où la personne âgée heurte un obstacle, ou d’une chute par malaise, cet accident domestique peut avoir de lourdes répercussions sur la santé. Tout d’abord, une chute à domicile peut entraîner une perte de confiance et un repli sur soi face à la peur de tomber à nouveau. Elle peut aussi être responsable d’une fracture, généralement du col du fémur, d’un traumatisme crânien, d’une perte d’autonomie, voire d’un décès. 

Les causes des chutes peuvent être de plusieurs ordres : 

  • Un état de santé accentuant les risques : troubles moteurs, de l’équilibre, vertiges, diminution de la mobilité des articulations, faiblesse musculaire, capacités sensorielles altérées…
  • Des comportements particuliers : dénutrition ou alimentation ne répondant pas aux besoins, consommation excessive d’alcool, prise de risque, précipitation dans la réalisation de certains actes courants…
  • Un environnement inadapté : pièces encombrées, fils électriques dans le passage, verglas à l’extérieur… 

5 astuces pour éviter les chutes à domicile

Heureusement, les personnes âgées disposent de plusieurs solutions pour prévenir les chutes à domicile. En voici 5.

Prendre soin de soi

La première chose est de prendre soin de soi. L’hygiène de vie est primordiale. Les personnes âgées sont par exemple invitées à manger sainement et suffisamment. Il est aussi conseillé de pratiquer une activité physique adaptée et régulière pour éviter la perte de force musculaire. Les experts conseillent enfin de favoriser un sommeil réparateur.

Aménager son logement

Limiter le risque de chute passe également par l’aménagement de votre intérieur. Ce dernier doit être sécurisé. Pour ce faire, les possibilités sont multiples. Vous pouvez réaménager entièrement les lieux ou simplement retirer les objets pouvant représenter des obstacles, comme les tapis. L’idéal est de bien éclairer votre logement, et d’opter pour du mobilier ainsi que des équipements adaptés (douche de plain-pied à la place d’une baignoire, fauteuil releveur, barres de soutien, sol antidérapant, sur élévateur de chaise…).

Améliorer l’accessibilité de ses équipements

En outre, pour éviter les chutes, il est judicieux de rendre vos objets plus accessibles. Pensez à les ranger à portée de main afin d’éviter de prendre des risques démesurés (monter sur un escabeau, une chaise ou un tabouret). 

S’équiper d’une téléassistance

Autre conseil pour les personnes âgées : s’équiper d’une téléassistance à domicile. Si le dispositif ne permet pas de prévenir une chute, il offre la possibilité de limiter le temps passé au sol à la suite d’un accident domestique de ce type. Le principe est simple : le bénéficiaire porte sur lui une montre, un bracelet ou un collier, équipé d’un bip d’alarme. En cas de besoin (chute, anxiété, malaise, vol, mal-être…), il lui suffit d’appuyer dessus pour être mis en relation avec un chargé d’assistance. De son côté, ce dernier a pour mission d’évaluer l’urgence de la situation et de faire intervenir le cercle familial, les voisins ou les services de secours.

Demander de l’aide pour éviter les chutes

Pour finir sur les conseils permettant d’éviter les chutes à domicile, il ne faut pas hésiter à demander de l’aide. Vous pouvez solliciter un proche aidant pour vous accompagner dans vos démarches administratives, faire appel à une aide à domicile pour prendre en charge les tâches ménagères, à une auxiliaire de vie pour vous aider dans les gestes du quotidien (aide au lever, au coucher, à la toilette, à l’habillage…), à un jardinier pour chouchouter vos espaces extérieurs, ou encore recourir à un service de portage de repas si l’envie de cuisiner n’est plus au rendez-vous. 

Prévenir les chutes grâce à certains gestes

Prévenir les chutes passe aussi par l’adoption de bons gestes au quotidien. A titre d’exemple, il est conseillé d’éviter les efforts physiques trop intenses, notamment si vous souffrez d’une pathologie particulière. Il faut également penser à vous lever lentement de votre lit ou de votre chaise, le but étant de limiter les étourdissements et vertiges. Une autre astuce consiste à utiliser une aide à la marche si vous rencontrez des troubles de l’équilibre, comme une canne ou un déambulateur. A côté de cela, il est important de prendre soin de vos pieds en prenant rendez-vous chez le pédicure-podologue et en vous chaussant de manière adéquate. 

Pour prévenir les chutes, il faut également faire surveiller votre état de santé régulièrement. Faites contrôler votre rythme cardiaque, votre tension artérielle, votre équilibre, l’état de vos muscles et de vos articulations. Consultez un ophtalmologiste et faites tester votre audition tous les ans. Les médicaments peuvent aussi être responsables des chutes. De nombreux traitements entraînent en effet des problèmes d’équilibre, de vigilance et de somnolence. Adoptez un comportement sécuritaire vis-à-vis de leur prise et évitez de vous auto-médicamenter. Enfin, il peut être intéressant de suivre un programme de prévention des chutes.

Montre de chute personnes âgées : quelle technologie choisir ?

En matière de montres connectées, ou « smart watches », l’offre est aujourd’hui très large. Sur le marché, il existe des modèles dédiés aux sportifs, pour suivre leurs performances, mais aussi pour les personnes âgées, capables de détecter les chutes et de faire intervenir un tiers. On fait le point.

Personnes âgées : des risques de chutes accrus

Si tout un chacun est susceptible de perdre l’équilibre et de tomber, le risque de chute s’intensifie avec l’âge. En effet, les personnes âgées y sont plus exposées, notamment si elles présentent des problèmes de santé. Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), 646 000 chutes mortelles ont lieu chaque année dans le monde, ce qui en fait la deuxième cause de décès par traumatisme involontaire. En France, 2 millions de personnes âgées chutent tous les ans, parmi elles, 12 000 décèdent.

Lorsque l’on sait qu’1 heure immobilisé au sol, c’est 50% de risques de décès dans l’année qui suit, on comprend vite que les chutes à domicile comme en établissements peuvent avoir de sérieuses conséquences : traumatisme psychologique, blessure au bras, fracture du col du fémur conduisant à une hospitalisation, etc. Les personnes âgées peuvent perdre confiance en elles et s’enclenche alors le processus de perte d’autonomie. Bien qu’il soit impossible d’éviter toutes les chutes, certains dispositifs de prévention permettent d’en limiter les conséquences, comme la téléassistance.

Montre de chute personnes âgées : une solution d’alerte innovante

Montre de chute personnes âgées : définition et généralités

Plébiscitées par les personnes âgées et leurs proches, les montres de chutes sont des solutions de téléalarme permettant le maintien à domicile des personnes âgées, en perte d’autonomie ou en situation de handicap. En s’équipant de tels systèmes, elles peuvent continuer à vivre chez elles en toute sérénité.  

Voyons comment fonctionne une montre de chute personnes âgées. De manière générale, cette dernière détecte la perte d’équilibre et de verticalité, ce qui prévient le centre d’alerte et ses opérateurs. Les utilisateurs peuvent également presser un bouton SOS pour être mis en relation avec un chargé d’écoute, lui-même en capacité de déclencher l’intervention de l’entourage ou des secours. 

Lire aussi : Abonnement bip seniors : pour quel cas et pour qui ?

Montre de chute personnes âgées : quelles différences avec la téléassistance ?

Une montre de chute personnes âgées a le même but qu’un bracelet ou un médaillon de téléassistance, à savoir : sécuriser son détenteur. Néanmoins, les montres connectées présentent l’avantage d’être plus discrètes et plus esthétiques. Elles se camouflent facilement sous un vêtement, sont agréables à porter, pratiques et non stigmatisantes contrairement à certains dispositifs, ce qui permet d’allier l’utile à l’agréable ! Sachez cependant qu’un abonnement de téléassistance avec une montre de chute personnes âgées est parfois plus cher qu’un bracelet traditionnel. Il faut compter entre 25€ et 35€ par mois (location du matériel et service d’assistance compris).

Comment choisir sa montre de chute personnes âgées ?

Il existe différents types de montre de chute personnes âgées. Certains modèles détectent automatiquement l’immobilité, la perte de verticalité, et donc les chutes, grâce à des capteurs. D’autres disposent de capteurs de fréquence cardiaque, mesurent la tension artérielle ou sont paramétrés pour donner l’alerte hors du périmètre de sécurité, préalablement défini (dans le quartier, autour du domicile…). Enfin, certaines personnes âgées préfèrent opter pour une montre de téléassistance, plus classique. Dans ce cas, si elles chutent, sont angoissées ou ont besoin de parler, elles n’ont qu’à appuyer sur un bouton pour déclencher une alarme et être mises en relation avec un chargé d’écoute.

Si toutes ces montres personnes âgées favorisent le maintien à domicile dans de bonnes conditions, certaines solutions sont plus adaptées que d’autres. Tout dépend des besoins des utilisateurs. Par exemple, une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ou d’une autre pathologie neurodégénérative n’aura pas forcément le réflexe d’appuyer sur sa montre si besoin. L’intégration d’un détecteur automatique de chute ou d’un module de géolocalisation peut alors s’avérer nécessaire.

Lire aussi : Quels sont les besoins des personnes âgées à domicile ?

Recevoir une documentation sur la Framboise Box

Remplissez le formulaire ci-dessous :

© 2022 FRAMBOISE BOX - ASSYSTEL - Téléassistance pour personnes âgées à domicile.